LE CBD PEUT TUER CERTAINES BACTÉRIES, MAIS IL NE REMPLACE PAS LES ANTIBIOTIQUES

LE CBD PEUT TUER CERTAINES BACTÉRIES, MAIS IL NE REMPLACE PAS LES ANTIBIOTIQUES
LES CARACTÉRISTIQUES ANTIMICROBIENNES DU CBD
Lorsqu’il est question de cannabis, l’attention se concentre sur deux parties de la plante: le tétrahydrocannabinol (THC), le composant qui produit la sensation de « high », et le cannabidiol (CBD), la partie généralement utilisée à des fins médicinales. Comme vous le savez peut-être déjà, le CBD jouit d’une grande popularité dans le domaine du bien-être. Il est largement utilisé comme remède alternatif pour des problèmes allant de la nausée à la douleur chronique. Certaines personnes le trouvent même utile pour atténuer les symptômes de santé mentale comme l’anxiété.
Jusqu’en 2018, il était difficile d’obtenir l’approbation de la FDA pour étudier le CBD, de sorte que la plupart des recherches explorant ses utilisations sont assez récentes. Il s’avère que le CBD tue très bien les bactéries, même certaines souches qui résistent aux antibiotiques traditionnels. Disposer d’une arme potentielle contre ces super-germes pourrait sauver de nombreuses vies.
QUELS TYPES DE BACTÉRIES LE CBD TUE-T-IL ?
Le CBD peut tuer les bactéries à Gram positif et à Gram négatif. Ces deux types de bactéries peuvent développer une résistance aux antibiotiques. Cependant, les bactéries à Gram positif s’avèrent généralement plus difficiles à tuer car elles ont des membranes protectrices plus épaisses.

Bactéries à Gram positif et à Gram négatif

Pourquoi les bactéries sont-elles appelées Gram-positives ou Gram-négatives ?

Ce terme provient du protocole de coloration de Gram, une méthode utilisée pour détecter les bactéries dans les tissus. Un colorant adhère aux bactéries à Gram positif et les colore en violet vif. Les bactéries à Gram négatif ne retiennent pas aussi bien le colorant et n’apparaissent donc qu’en rose pâle.

D’après une étude de 2021, il faut très peu de CBD pour tuer la plupart des bactéries à Gram positif. Le CBD peut même détruire des espèces qui ont développé une résistance à plusieurs médicaments, comme :
  • Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), qui provoque des infections à staphylocoques.
  • Clostridioidez difficile, qui provoque des infections du côlon
  • Streptococcus pneumoniae, qui provoque une pneumonie ou une méningite à pneumocoques, une infection des membranes entourant le cerveau et la moelle épinière.
Parmi les bactéries Gram-négatives également étudiées, 20 espèces ont survécu à l’exposition au CBD. Ce n’est pas très surprenant, puisque les scientifiques n’ont pas mis au point de nouvelles classes d’antibiotiques pour traiter les bactéries à Gram négatif depuis 1962.
Ce que les chercheurs ont trouvé de surprenant ? Le CBD peut tuer quatre types de bactéries à Gram négatif, qui ont toutes un historique de résistance aux médicaments et peuvent être mortelles :
  • Neisseria gonorrhoeae, qui cause la gonorrhée sexuellement transmissible.
  • Neisseria meningitides, qui provoque des méningites ou des infections du sang.
  • Moraxella catarrhalis, qui provoque des bronchites.
  • Leigionelle pneumophila, qui provoque la légionellose ou maladie du légionnaire.
Dans l’ensemble, le CBD semble prometteur en tant qu’agent antimicrobien polyvalent.
Cela dit, les chercheurs ont signalé de nombreux conflits d’intérêts, le principal étant que la société pharmaceutique Botanix a financé une grande partie de l’étude. Botanix fabrique une formule topique de CBD qui fait actuellement l’objet d’essais cliniques.
à lire :  Pourquoi l'eau de CBD est une innovation ?
Cependant, d’autres études sans conflits d’intérêts ont rapporté des résultats similaires. Par exemple, une étude de 2022 a montré que le CBD peut combattre la Salmonella typhimurium, une bactérie Gram-négative qui attaque votre estomac et vos intestins. Environ 59 pour centTrusted Source des infections à salmonelles résistantes à l’ampicilline (un antibiotique spécialisé utilisé pour traiter les salmonelles) impliquent la souche typhimurium.
EN QUOI CELA EST-IL IMPORTANT ?
La capacité du CBD à combattre les bactéries est potentiellement très importante. Les Centers for Disease Control (CDC) estiment que 2,8 millions de personnes développent chaque année une infection résistante aux antibiotiques et qu’environ 35 000 personnes en meurent.
Le cannabidiol semble tuer un grand nombre des espèces de bactéries les plus nocives, notamment :
  • Le SARM,qui est à l’origine d’environ 323700 cas d’hospitalisation et 10600 décès par an.
  • le Clostridioidez difficile, qui est à l’origine d’environ 223900 cas d’hospitalisation et de 12800 décès par an
  • Streptococcus pneumoniae, qui est à l’origine d’environ 900000 cas et de 3600 décès par an
  • Neisseria gonorrhoeae, qui infecte environ 550000 personnes par an.
Ces chiffres sont tirés du rapport 2019 des CDC intitulé Antibiotic Resistance Threats in the United States.
Le SARM, en particulier, semble avoir beaucoup plus de mal à développer une résistance contre le CBD que contre les antibiotiques. L’étude de 2021Trusted Source a mesuré la résistance aux médicaments en cultivant le SARM dans des boîtes de Pétri et en mesurant la concentration minimale inhibitrice (CMI), c’est-à-dire la quantité de substance nécessaire pour tuer toutes les bactéries dans la boîte.
La CMI de l’antibiotique daptomycine a été multipliée par 26 en 20 jours d’exposition. En d’autres termes, la bactérie SARM a développé une telle résistance au médicament après 20 jours qu’il a fallu 26 fois la quantité initiale de daptomycine pour la tuer.
Pendant ce temps, la CMI du cannabidiol n’a augmenté que d’un facteur 1,5. Relativement parlant, le SARM n’a pratiquement pas développé de résistance au CBD.
COMMENT LE CBD TUE-T-IL LES BACTÉRIES ?
Le CBD n’évite pas la résistance simplement parce qu’il est nouveau sur le champ de bataille des bactéries. Il y a quelque chose de spécial dans le fonctionnement du CBD qui fait qu’il est plus difficile pour les bactéries de s’adapter.
De nombreuses bactéries résistantes aux médicaments se défendent en empêchant les antibiotiques de pénétrer dans leurs cellules. Les tactiques courantes de lutte contre les antibiotiques sont les suivantes :
  • la modification de leurs parois cellulaires pour empêcher l’antibiotique de pénétrer à l’intérieur la création d’enzymes
  • pour détruire les antibiotiques
  • la construction de pompes pour évacuer les antibiotiques.
Pourtant, le CBD n’a pas besoin de pénétrer dans la bactérie pour la tuer. Au contraire, il attaque les membranes des bactéries, faisant éclater les cellules comme des ballons d’eau microscopiques. Les cellules bactériennes n’ont pas d’organites définis comme les cellules animales et végétales. Leurs entrailles ressemblent davantage à une soupe qui se déverse dans le vide, une fois que quelque chose a détruit la membrane qui maintient tout ensemble.
à lire :  Professeur Raphael Mechoulam : le père du "cannabis scientifique"
Mais certains antibiotiques traditionnels, comme la pénicilline, tuent également les bactéries en détruisant leurs membranes. Des recherches plus approfondies pourraient aider les experts à déterminer quelles molécules spécifiques le CBD cible et pourquoi le CBD semble plus efficace que les antibiotiques pour détruire certains types de membranes bactériennes.
LE REVERS DE LA MÉDAILLE
Malgré ces résultats encourageants en laboratoire, le CBD est loin d’être prêt à être utilisé comme traitement antimicrobien dans le monde réel. Cette substance présente une faiblesse majeure qui l’empêche de devenir un médicament miracle : Elle se lie très facilement aux protéines.
Lorsque le CBD pénètre dans votre circulation sanguine, il se fixe en grande partie sur les protéines de votre plasma. Le CBD ne tue pas les protéines humaines comme il le fait pour les germes, mais il se « colle » à ces cellules. Seuls 10 à 14 % de CBD de Source sûre resteront libres de flotter et disponibles pour attaquer les bactéries. Même si le CBD atteint le site de l’infection, d’autres protéines tentantes peuvent l’attirer ailleurs.
En résumé, la prise de cannabis ou d’huile de CBD ne vous aidera probablement pas à combattre une infection. Le CBD se répand trop dans le corps pour lancer une attaque ciblée contre les bactéries. Et vous ne pouvez pas vraiment inonder votre système de CBD sans risquer une overdose.
Mais la recherche continue :
Les scientifiques continuent d’étudier les moyens de tirer parti du potentiel de lutte contre les bactéries du CBD. Parmi les possibilités, citons les formules permettant de transporter le CBD directement vers les bactéries présentes dans une infection, ou le CBD synthétique qui ignore les protéines humaines et se concentre uniquement sur l’attaque des bactéries.
Les études menées jusqu’à présent sur les animaux et les humains ont montré que les formules orales étaient les plus efficaces (source fiable). Plutôt qu’une injection, les futurs traitements au CBD pourraient prendre la forme d’un spray nasal ou d’une pilule.
En bref, bien que les gommes au CBD ne puissent actuellement pas traiter les infections, il est possible que vous puissiez prendre une gomme au CBD antimicrobienne à l’avenir.
Considérations importantes pour l’utilisation du CBD
Vous n’êtes peut-être pas encore en mesure d’exploiter le potentiel antimicrobien du CBD. Néanmoins, vous pourriez constater certains avantages en utilisant le CBD pour la douleur ou l’anxiété.
Quelques rappels utiles avant d’essayer le CBD :
  • Le CBD peut se présenter sous de nombreuses formes : crèmes topiques, stylos à piquer, pastilles, et bien sûr, comestibles. Tous ces produits ont des puissances différentes, alors prenez soin de suivre les instructions pour chaque produit spécifique que vous utilisez.
  • La loi fédérale autorise les produits à base de cannabis contenant au moins 0,3 % de THC. Les produits ayant une teneur en THC plus élevée sont illégaux dans certains États. Vérifiez donc les lois locales avant d’acheter.
  • La Food and Drug Administration (FDA) ne réglemente pas les produits à base de CBD. Si vous avez des doutes sur le contrôle de la qualité, optez pour des produits qui ont été testés par un laboratoire tiers.

Source : blog cannabis


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.


You may also like Voir toutes